Français Deutsch English Português Español Nederlands 
   

HISTORIQUE DU CORPS DES OUVRIERS MILITAIRES DE LA MARINE



Le Corps des ouvriers militaires de la Marine fut organisé en vertu d'un décret du 15 Janvier 1808. Auparavant, il était organisé en compagnies d'ouvriers conscrits par le décret de la Convention Nationale en 1793, puis en compagnies d'ouvriers militaires le 14 Mars 1803 (décret consulaire du 23 Ventôse an XI). Distinctes des compagnies d'Ouvriers dépendants de l'Artillerie de la Marine, les compagnies d'ouvriers militaires de la Marine formèrent, par le décret du 2 Août 1811, 8 bataillons. Le second, employé à l'Armée d'Espagne, reçut par l'article 4 de ce décret la dénomination de :



8ème Bataillon d'Ouvriers Militaires de la Marine

Appelé également : " Bataillon d'Espagne " ou " Bataillon de Rochefort ", son dépôt principal se trouvant dans ce port.

Chaque compagnie d'ouvriers était composée de manière qu'il s'y trouva des ouvriers de diverses professions dans le rapport nécessaire pour les travaux ordinaires de constructions : Charpentiers, menuisiers, scieurs de long, serruriers, poulieurs, calfats, forgerons, tonneliers, cloutiers, voiliers, charrons, peintres, sculpteurs...

Les Ouvriers de la Marine travaillaient à la construction des vaisseaux de guerre, la défense des arsenaux et des fortifications portuaires, d'autres étaient embarqués ou suivaient l'armée et participaient à la construction de ponts ou d'embarcations diverses.

On les surnommait :

" Les GRENADIERS NOIRS "

Historique partiel du bataillon de Rochefort

L'Arsenal de Rochefort ne compte qu'une compagnie d'ouvriers jusqu'en 1810. Amalgamée au 2 ème bataillon en Espagne ce dernier prendra le titre de 8 ème Bataillon d'Ouvriers Militaires de la Marine par l'article 4 du décret impérial du 2 Août 1811. Plus communément appelé " Bataillon d'Espagne ", puis " Bataillon de Rochefort ".

Le bataillon quitte Rochefort pour être organisé à Bordeaux le 1 er Mars 1810. Il en repart le 5 Mars suivant, pour rejoindre l'Armée d'Espagne.

A Puerto Réale, sous les ordres du colonel Saizieu, le bataillon est chargé de construire et d'entretenir la flottille (sic) impériale des 1er et 2ème Equipages de flottille (43° et 44° de Flottille). Les ouvriers travaillent au passage des embarcations depuis le Rio San Pedro au Trocadéro où l'armée repousse les anglais jusqu'à la frontière du Portugal. C'est à bord de la canonnière " Le Mistick " qu'ils forcent le passage de San Lucar et rejoignent Sainte Marie. Les ouvriers sont répartis dans les ouvrages bordant la baie de Cadix et se battent durant près de 20 mois.

Le chef de bataillon Auguste Masquelez rejoint le 8ème Bataillon le 15 Mars 1810 et prend le titre de Directeur des constructions par décret impérial du 20 Mars, puis devient adjoint provisoire au Quartier Général du Maréchal Soult, duc de Dalmatie, général en chef de l'Armée du midi en Espagne. Le bataillon lève le siège de Cadix le 29 Août 1812 et retourne à Rochefort. Il compte alors 18 officiers, 622 ouvriers ainsi que 6 officiers et 30 ouvriers dit " à la suite ".

Réorganisé de nouveau à Bordeaux, il repart, le 29 Avril 1813, à marche forcée, rejoindre l'Armée d'Allemagne en passant par Orléans, Strasbourg et Mayence ou il, arrive le 2 Juin. Il se dirige ensuite sur Torgau pour être employé au renforcement des fortifications. Plusieurs détachements sont répartis dans les places de Wittenberg (1813-1814), Dresde (le 10 Juillet 1813) et enfin Anvers (le 19 Septembre 1813). Le gros du bataillon se bat à Torgau jusqu'à la reddition de la place en Août 1814. Il ne reste que 261 officiers et ouvriers, les pertes sont d'environ 700 hommes, dont une bonne partie meurt du Typhus.

D'après les contrôles du 29 Avril 1813, seuls deux Rochefortais se trouvent dans le 8ème bataillon : Antoine Pierrejean, né le 30 Décembre 1788, ouvrier charpentier de 2ème classe, entré au service le 10 Février 1807. Zacharie Auboin ou Aubonin, né le 14 Mars 1792, ouvrier menuisier de 3ème classe, entré au service le 30 Mars 1807.

Durant cette période, les ouvriers en poste à Rochefort, construiront les bâtiments suivants :
1800 : L'Aigle ( Vaisseau ), Le Duguay-Trouin ( Vaisseau )
1801 : La Fauvette ( Corvette ).
1802 : La République-Française ( Vaisseau ).
1803 : L'Achille ( Vaisseau ), Le Magnanime ( Vaisseau ), La Ville-de-Milan
1804 : L'Armide ( Frégate ).
1805 : La Minerve ( Frégate ), La Couronne ( Vaisseau ).
1806 : L'Ajax ( Vaisseau ).
1809 : Le Triomphant ( Vaisseau ), La Tortue ( Bombarde ).
1810 : L'Andromède ( Frégate ).
1811 : La Lirce ( Frégate ), La Bayadère ( Frégate ), Le Pluvier ( Péniche ).
1812 : L'Agamemnon ( Vaisseau ).
1814 : Le Iéna ( Vaisseau ).


Daniel DIEU